les perles de la snes V terranigma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les perles de la snes V terranigma

Message par Rob Conway le Mar 27 Sep - 19:12

Dernier épisode de la supposée trilogie développée par le studio Quintet, Terranigma est un A-RPG doté d’un univers qui se savoure seconde après seconde, et possédant tous les atouts d’un grand hit. Malheureusement, il fut complètement ignoré du public à sa sortie en 1996. La raison ? Son arrivée bien trop tardive sur le devant de la scène, un an après l’apparition de la Saturn et de la Playstation sur le marché européen. Un titre qui n’a donc attiré à peu près personne à l’époque, mais auquel il est temps de rendre hommage.

Terranigma est un peu le diamant brut du studio Quintet, qui a su le façonner petit à petit en débutant par Soul Blazer, puis en poursuivant sur Illusion of Time, sans oublier le précurseur que fut ActRaizer. Il constitue ainsi l'aboutissement logique du travail qui a été fourni pour ces trois jeux, et il ne sera pas étonnant d'y retrouver de nombreuses références y renvoyant. C'est sur cet héritage que Terranigma nous appelle pour un nouveau voyage vers l'inconnu, attisant notre curiosité d'éternel enfant et nous menant alors vers un long, très long périple qui débute dans une petite bourgade isolée du nom de Crysta. Vous y incarnez un jeune garçon nommé Ark, plutôt rebelle sur les bords, qui a la fâcheuse tendance à n'en faire qu'à sa tête. C'est ainsi qu'il va découvrir dissimulée dans un endroit interdit de son village la fameuse Boîte de Pandore, mais qui à défaut de déverser tous les maux du monde, va congeler tous les habitants. Son geste libérera également Yomi, une petite bête enfermée à l'intérieur et dont les intentions semblent des plus pacifiques au premier abord. Il s'ensuivra alors une quête pour sauver les villageois de la malédiction, en traversant cinq tours disséminées autour de votre village.
Crysta a beau être sous-terre, elle semble des plus rayonnantes.

Terranigma se compose de quatre chapitres de longueur très inégale. La quête précédemment citée est très courte et représente à elle seule le premier chapitre : c'est une sorte de didacticiel qui constitue les prémices de la véritable aventure du jeu. En effet, les cinq tours possèdent un tout autre rôle que de simplement lever la fameuse malédiction, chacune va également permettre de redonner vie aux continents de la surface. Car le monde est divisé en deux parties : l'une souterraine où se situe Crysta avec Ark et quelques rares humains, et l'autre à l'air libre où plus rien ne subsiste suite à un cataclysme. Votre véritable tâche est ainsi de rebâtir le monde. Non, pas un monde imaginaire, mais bel et bien le monde que nous connaissons avec ses vrais continents. Après avoir sauvé votre village et ses alentours, vous serez donc envoyé à la surface de la Terre pour poursuivre votre œuvre salvatrice en ressuscitant la faune et la flore, puis l'homme et enfin son savoir. Autant dire que la tâche s'annonce rude. Le scénario a beau être un éternel classique du héros sauvant l'humanité, c'est bien autour de lui que s'articule toute la richesse de Terranigma. Tout d'abord, la mise en scène et la façon d'aborder votre mission vous donneront l'impression d'être un dieu porteur de vie. Le ton est d'ailleurs donné dès la restauration des continents, au travers d'étonnantes cinématiques où l'on peut voir la Terre revivre au gré d'une musique réellement enivrante. Et la faune, la flore ainsi que de l'humanité ne sont pas en reste car également illustrés par de très beaux plans, qui vous feront voir d'un tout autre œil les réelles capacités techniques de la Super Nintendo.
Visite guidée de l’Afrique : à gauche le Nil, à droite la mer Rouge !

En dépit de ce sentiment d'appartenance divine, vous vivrez l'aventure en tant que simple humain dont le propre destin sera étroitement lié à celui de ses semblables. C'est ainsi que lors de votre périple, vous traverserez un certain nombre de villages très rustiques à la base, et il ne tiendra qu'à vous de les faire évoluer économiquement et socialement via diverses quêtes annexes. Ces dernières constituent l'un des gros intérêts de Terranigma, car elles vous incitent à longuement voyager sur tous les continents afin de pousser les hommes à créer et innover pour ensuite exporter vous-même leurs inventions. Eh oui, vous allez assister à la création de l'ampoule, ou bien du téléphone, et mieux encore… du tout premier hamburger ! Vous allez ainsi voir les villages s'agrandir et devenir des villes de plus en plus développées et sophistiquées. Notons que les voyages se font sur la carte mondiale mais pas à l'échelle réelle. Si vous prenez par exemple la France, vous la traverserez en quelques pas. La mappemonde est d'ailleurs entièrement réalisée sur le principe du mode 7 et où sont éparpillés villes, grottes et autre lieux secrets. Il ne tiendra qu'à vous de sortir des sentiers battus et de partir à la découverte de cet univers. Tout d'abord à pied, vous ne tarderez pas à profiter de différents modes de transport qui vous faciliteront la tâche.
La boite de Pandore se révèle être un joli « fourre tout ».

Côté gameplay, on retrouve le combo classique de tout A-RPG : on dégaine et on frappe. Ark dispose pour cela d'un unique type d'armes : des lances. Chacune à quelques cas près possède une particularité envers un type d'ennemi ciblé, ça sera à vous de trouver laquelle correspond le mieux à chaque situation. Mais sachant que vous allez changer de lance très souvent (il y en a tout de même 25 au total dont 4 sont uniques et impossibles à acheter), vous aurez tendance à simplement garder la plus puissante que vous possédez sans vous souciez du surplus de dégâts occasionné sur tel ou tel monstre. De plus, petit inconvénient, certaines vous donnent des bonus ou des malus au niveau de vos statistiques mais absolument rien ne vous l'indique clairement. Au niveau des armures, c'est exactement pareil. Ces dernières vous apporteront différents bonus nullement indiqués où que se soit, à part bien sûr si l'on s'attarde à regarder les éventuels changements dans sa fiche de statistiques. Au niveau de la panoplie de mouvements, votre héros possède 3 techniques offensives de différentes portées et dégâts, auquelles s'ajoute votre attaque de base. Chacune d'elles sera à utiliser en fonction de l'ennemi qui vous fait face, ce qui peut impliquer une très légère analyse stratégique lors de vos combats. Vous pourrez également vous protéger, mais uniquement de certaines attaques à distance.
Le magicroc scintille tandis que Ark grille !

Terranigma est également doté d'un système de magie, sous forme de bagues élémentaires que l'on achète à des marchands en échange de pierres magicrocs dissimulées partout dans le monde. Il y en a en exactement 96, et sachant que les bagues sont à usage unique et qu'elles s'échangeront parfois contre plus d'un magicroc, vous comprenez bien que l'usage de la magie est à prendre avec des pincettes. Ce qui en limite nettement l'intérêt, encore plus quand il faut passer par plusieurs sous-menus pour s'en servir. Le système d'interface est tout de même assez novateur puisque votre inventaire, vos magies, vos statistiques et encore bon nombre d'informations sont regroupés dans la fameuse boîte de Pandore que vous avez ouverte au début. Vous pourrez ainsi à tout moment entrer dans la demeure de Yomi et y choisir votre équipement ou item simplement en voyageant dans les différents menus. La combinaison entre un élément important de l'histoire et l'habituelle interface peu ergonomique des RPG constitue un choix risqué mais finalement des plus judicieux de la part des développeurs.
Les points de sauvegarde sont sous la forme de livre accompagné de leur encrier.

Évidemment, restaurer le monde et participer à son développement ne se fera pas en un claquement de doigts. Il va falloir livrer de très gros et lourds combats pour y parvenir. Ne vous laissez donc pas berner par le premier chapitre qui porte à croire que le jeu est relativement facile avec une lance capable de restaurer vos points de vie au fil du temps et des ennemis très simples à battre. La suite s'annonce en effet bien plus ardue, voire d'une difficulté dont on se serait bien passé. Elle est très mal gérée, par moments, vous n'aurez aucun souci pour avancer, à d'autres vous devrez faire d'incessants allers-retours très frustrants entre votre dernier point de sauvegarde et le lieu que vous tentez de traverser. Les points de sauvegarde sont d'ailleurs très rares et situés exclusivement en dehors des donjons. Sachant que souvent ceux-là sont de vrais labyrinthes, imaginez-vous simplement la joie de parvenir jusqu'au boss pour finalement se faire lamentablement rétamer et devoir refaire tout le chemin une nouvelle fois. Avec bien sûr le risque continuel de subir encore une cuisante défaite, puisqu'il faut vraiment connaître le fonctionnement de chaque boss par cœur pour espérer s'en sortir. La plupart du temps, même en ayant les meilleures arme et armure du moment, vous ferez de 1 à 5 points de dégâts alors que les monstres tapent cinq voire six fois plus fort que vous. Cela implique d'être constamment en mouvements et de donner les coups avec parcimonie, choix qui peut vite lasser au vu du nombre de points de vie des ennemis. Autre point notable, il faut absolument posséder un niveau décent pour affronter les boss, obligeant ainsi à un minimum de leveling dès qu'on en a l'occasion. Terranigma se révèle donc être un jeu à ne réserver qu'aux joueurs les plus acharnés et qui n'auront pas peur de parcourir en long, en large et en travers la moindre parcelle du monde qui s'offre à eux. La récompense sera de taille car, au-delà de cette fierté d'avoir contribué à faire prospérer un monde que vous aurez vous-même recréé, vous aurez le sentiment d'avoir guidé un jeune héros vers un magnifique destin plutôt émouvant et qui réserve assurément son lot de surprises.
[size=32]Les notes
[/size]

  • Graphismes17 /20
    Terranigma affiche quelques rendus qui font partie des plus beaux effets techniques que la console ait pu fournir. A l'inverse, certains passages sont visuellement à l’opposé, trop limités et même parfois assez laids. Mais la majorité du temps vous serez baigné par de jolis jeux de lumière et de transparence dans des environnements plus ou moins diversifiés, sans parler de la présence de cinématiques qui apportent une ultime touche d’onirisme à l’œuvre.
  • Jouabilité15 /20
    L’interface se prend en main très facilement. Comme tout bon Action-RPG qui se respecte, vous n’aurez qu’à avancer et taper. Seule la difficulté souvent exacerbée vous poussera à temporiser certaines confrontations. Le menu d’équipement et d’inventaire est quant à lui plutôt bien pensé. On regrettera cependant l’absence totale d’indication sur les items et la vitesse de défilement des textes un peu trop lente.
  • Durée de vie17 /20
    Elle tourne autour de 20h, mais cette durée dépend surtout de votre envie ou non de développer les villes qui, il faut le dire, constitue la réelle richesse du titre même si au final, elles ne vous rapporteront rien. Il serait tout de même bête de se cantonner uniquement à la quête principale, sans oublier qu’il y a beaucoup d’endroits cachés à découvrir dans le monde.
  • Bande son16 /20
    La bande-son est du même niveau que les graphismes, à savoir tantôt magnifique, tantôt basique. Bien que répétitifs, les thèmes collent parfaitement à l’ambiance et contribuent pleinement à l’immersion. On notera également quelques bruitages du plus bel effet.
  • Scénario16 /20
    L’histoire commence d’une manière assez banale, mais une fois le premier chapitre terminé elle prend une tout autre ampleur. Restaurer le monde, puis participer à son évolution, voilà ce qui vous attend réellement. Tout en veillant sur l’avenir des humains, vous allez participer à la formidable destinée d’un héros bien malgré lui, qui voyagera aux quatre coins du monde pour y découvrir des peuples très différents les uns des autres. Il rencontrera aussi des personnes chaleureuses et amicales comme d’autres mal intentionnées, guidées par la soif de pouvoir ou de reconnaissance.


Si vous avez aimé les précédents titres du studio Quintet, vous allez être conquis par Terranigma. Divinement enchanteur, au scénario prophétique et possédant de réels rebondissements, le jeu a tout de ces grands A-RPG qui ont marqué la Super Nintendo. Malheureusement passé inaperçu au moment de sa sortie, le titre n'a pu toucher qu'un nombre restreint de joueurs. Mais ceux qui s'y sont essayés pourront confirmer qu'ils l'ont apprécier à sa juste valeur. Bien sur, la difficulté peut aisément en rebuter plus d’un, mais le défi en vaut réellement la peine malgré certains flottements dans le scénario. Terranigma restera sans nul doute le titre qui marqua le fin de règne de la Snes de la manière la plus poétique qui soit.
avatar
Rob Conway

Messages : 605
Finisher : ego trip

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les perles de la snes V terranigma

Message par Jason le Mar 27 Sep - 19:17

excellent merci mec


avatar
Jason

Messages : 7651
Age : 24
Finisher : Styles CLASH
Localisation : Camp Lejeune, Caroline du Nord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les perles de la snes V terranigma

Message par Rob Conway le Mar 27 Sep - 19:20

Pas de quoi Very Happy

franchement c'est un excellent alternative a zelda a link to the past, je le trouve même meilleur si vous trouver la roms fr jeter vous dessus ( bon parce que j'ai regarder le prix sur ebay et consort, et il faut casquer pour l'avoir malheureusement)
avatar
Rob Conway

Messages : 605
Finisher : ego trip

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les perles de la snes V terranigma

Message par Bobby Roode le Mar 27 Sep - 19:23

Ça existe pas les emulteurs pour la snes?


ON A VENDU MOREIRA 1.2 MILLIONS
avatar
Bobby Roode
SimuCatch World Champion
SimuCatch World Champion

Messages : 9711
Age : 21
Finisher : Glorious Bomb
Localisation : Toronto, Ontario, Canada, Glorious

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les perles de la snes V terranigma

Message par Rob Conway le Mar 27 Sep - 19:25

heu si :noel: JVC t'as znes et snes9x pour les plus connus
avatar
Rob Conway

Messages : 605
Finisher : ego trip

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les perles de la snes V terranigma

Message par Bobby Roode le Mar 27 Sep - 19:34

Ben voilà, ça coûte moins chère comme ça :noel: JVC


ON A VENDU MOREIRA 1.2 MILLIONS
avatar
Bobby Roode
SimuCatch World Champion
SimuCatch World Champion

Messages : 9711
Age : 21
Finisher : Glorious Bomb
Localisation : Toronto, Ontario, Canada, Glorious

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les perles de la snes V terranigma

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum